VdH, partenaire de l’Affordable Art Fair, vous offre vos entrées.

VdH, partenaire de l’Affordable Art Fair, vous offre vos entrées.

Du 22 au 26 septembre 2021, Tour et Taxis se transformera en galerie d’art géante à l’occasion de la 12e édition de l’Affordable Art Fair Brussels (AAF). VdH, assureur de passion et partenaire de l’événement, vous y emmène.

Sensibiliser le public à l’art contemporain, la mission de l’Affordable Art Fair.

Avec 70 galeristes et artistes locaux, nationaux et internationaux, exposants plus de 1.000 œuvres contemporaines et disponibles à la vente, l’AAF se veut tout d’abord une gigantesque exposition où chacun pourra trouver chaussure à son pied. Mais ce n’est pas tout. L’AAF ayant pour mission de sensibiliser et faire découvrir l’art contemporain, une multitude d’activités connexes y seront aussi proposées afin de satisfaire aussi bien les plus avertis que les novices en la matière.

Citons par exemple :

  • Le duo créatif bruxellois Rond Carré Studio, qui transformera un matériau généralement associé à l’emballage sécurisé des œuvres d’art pour produire une installation unique à l’entrée de la foire.

     

  • L’artiste Veerle Symoens, anciennement active dans les relations publiques et le journalisme et dont les œuvres sont aujourd’hui exposées et vendues dans le monde entier, proposera un atelier créatif permettant à tout un chacun de repartir avec sa propre œuvre d’art intuitive ! Une belle entrée en matière dans l’art contemporain.

     

  • L’exposition Holiday Souvenirs, sera destinée à la mise en lumière des artistes émergents Adrien Belgrand, Safia Hijos, Julie Susset, Olivia Descampe et La Gadoue.

     

  • Et bien d’autres encore.

Vous êtes client Vander Haeghen et souhaitez découvrir l’AAF ?

 

VdH offre 150 accès pour 1 ou 2 personnes à ses clients passionnés. Pour recevoir vos accès, inscrivez-vous via le formulaire, accessible via le lien ci-après, avant le lundi 20 septembre 23h59, en y indiquant votre numéro de police. Les 150 premiers inscrits seront recontactés par email le mardi 21 septembre pour recevoir leurs accès.

 

Des œuvres bien assurées

En ces temps de taux d’intérêt bas, l’art est devenu pour beaucoup une valeur refuge. Mais que l’art soit passion, investissement ou les deux à la fois, il importe de se prémunir contre les dommages qui pourraient porter atteinte à ce patrimoine. L’assureur VdH propose des formules sur mesure à ses clients amateurs d’art. Les œuvres sont bien souvent assurées en valeur agréée. Cela signifie que les parties conviennent de la valeur de l’objet lors de la souscription. Si l’objet vient à disparaître, c’est cette valeur qui sera remboursée, sans aucune discussion.

De la bande dessinée aux antiquités en passant par les peintures et autres sculptures, la couverture Fine Art Insurance de VdH protège tous vos objets d’art, que vous soyez un collectionneur privé, professionnel ou même une institution culturelle.

Vander Haeghen, l’art d’assurer les passions

    Décryptage : le marché de l’art face au coronavirus

    Décryptage : le marché de l’art face au coronavirus

    Le marché de l’art est secoué, mais n’a pas totalement perdu ses couleurs face à la pandémie. Frédéric de Haan, Managing Director de VdH, fait l’analyse de ce secteur toujours prisé par les investisseurs.  

     

    Comment se porte le marché de l’art depuis l’arrivée du coronavirus ?

    Le marché est un peu chahuté entre deux tendances. D’une part, il y a le sort des galeries. Par la force des choses, elles ont perdu le côté social qui fait leur force. En effet, les vernissages sont annulés ou reportés. Or, ceux-ci sont, pour les galeries, des moments importants et humains où les rencontres encouragent les découvertes et les achats « coup de cœur ». Ce côté social des galeries est important pour générer du chiffre.

    La Brafa est également, chaque année, le rendez-vous incontesté des amateurs et collectionneurs d’art, dans notre pays. L’annulation de cet événement en janvier 2021 est évidemment un coup dur pour le milieu de l’art et pour les nombreuses galeries et collectionneurs qui s’y donnent rendez-vous. Certaines initiatives se développent néanmoins, telle la « [email protected] in the Galleries », qui se tiendra du 27 au 31 janvier 2021.

    Mais il y a d’autre part une tendance positive : durant la crise que nous connaissons actuellement, les artistes connus et cotés restent pour de nombreux collectionneurs une valeur refuge. Et ils continuent d’honorer les commandes spontanées qui leur parviennent de collectionneurs et/ou d’investisseurs souhaitant diversifier leur patrimoine.

     

    L’incertitude économique due à la crise peut donc être favorable au marché de l’art ?

    Oui. Dans une optique de diversification du patrimoine, l’art est, depuis plusieurs années, vu comme un placement intéressant. Aujourd’hui, en pleine crise Covid, les gens passent de plus en plus de temps chez eux, le « home-working » est devenu la norme. L’art offre un plaisir de contemplation, une forme d’évasion appréciée par les collectionneurs confirmés ou nouveaux.

    Certes, la Bourse n’a pas mal presté ces derniers mois en reprenant, bien souvent, la correction du second trimestre 2020. Mais la seconde vague qui nous concerne actuellement fera peut-être sortir le monde de l’art d’un semi-hibernage. Par contre, pour les découvertes de nouveaux artistes et de nouvelles œuvres, il faudra vraisemblablement attendre un retour à la normale.

     

    Sur le marché, à qui profite la fermeture des galeries et la limitation du nombre d’événements liés à l’art ?

    Les salles de vente semblent aujourd’hui récupérer tout le marché. Quand les galeries ferment ou attendent les jours meilleurs, les ventes « online » se multiplient et proposent des catalogues assez riches à des acheteurs qui ont rapidement appris à se familiariser avec ce nouveau type de vente. On a aujourd’hui tendance à plus rapidement faire confiance aux salles de ventes qui multiplient et développent la qualité des photos des œuvres qu’elles proposent. De nombreuses enchères s’opèrent ainsi sans que l’acheteur ait même pu avoir l’occasion d’apprécier l’œuvre de visu. Le jeu des enchères semble aujourd’hui permettre à certains amateurs de sortir de la morosité actuelle. Quand les gens s’ennuient, les enchères leur donnent une occasion de s’amuser.

     

    Quel serait votre conseil pour investir dans l’art en ce moment ?

    L’art doit avant tout rester une affaire de coup de cœur. S’il faut y ajouter un aspect investissement, il est conseillé de se tourner vers les valeurs montantes ou vers les valeurs sûres qui garantiront généralement une sécurité, voire une plus-value en cas de revente. Un artiste ayant déjà une cote ou soutenu par une galerie ayant pignon sur rue sera ainsi privilégié par le collectionneur qui se lance.

     

    En quoi une bonne couverture des œuvres d’art est-elle indispensable ? 

    Si l’œuvre doit vivre, elle doit également rester intacte, à savoir ne pas souffrir de défauts ou d’incidents venant compromettre tout ou partie de sa valeur. Assurer ses œuvres d’art, c’est avant tout préserver son patrimoine. Il est opportun de souscrire une couverture sur mesure pour ses œuvres d’art, et ce dès qu’une collection dépasse 100.000 euros.

     

    Quelles formules d’assurances s’offrent au collectionneur ?

    Différentes formules sont proposées, dont la plus classique et la plus rassurante pour le collectionneur est l’assurance en valeur agréée, sur base d’un listing envoyé à l’assureur et approuvé par ce dernier. De ce fait, en cas de dommages à l’œuvre, il n’y aura pas de discussion sur les capitaux garantis.

     

    VdH, assureur spécialisé, ne se limite pas à la couverture des œuvres, mais joue aussi un rôle de conseiller pour les collectionneurs.

    En effet. Nous pouvons les orienter vers de vrais spécialistes de la restauration, de la réparation, des professionnels qui pourront établir un « condition report » (constat d’état) au cas où l’œuvre serait prêtée pour une exposition dans un musée, par exemple.

    VdH, c’est l’art d’assurer les passions : notre équipe de spécialistes se réjouit donc d’aider les collectionneurs et les amateurs, et de les accompagner afin de garantir à leur collection existante et/ou en devenir une solution sur mesure et à la hauteur de leurs besoins.

     

    Découvrir la « Fine Art Insurance »

    VdH est « So British » cet hiver…

    VdH est « So British » cet hiver…

    L’assureur VdH, partenaire du musée Autoworld, soutient l’exposition « So British ». Un événement temporaire qui met le musée bruxellois de l’automobile à l’heure londonienne.

     

    La maison VdH, spécialisée notamment dans l’assurance pour automobiles de prestige, est un partenaire fidèle du musée bruxellois. « Autoworld est un acteur de référence du monde automobile, reconnu internationalement et affichant une activité soutenue, à travers diverses expositions temporaires. Nous partageons la même passion pour l’automobile et le même esprit », soulignent Frédéric de Haan et Bertrand Vander Haeghen, les deux Managing Directors de VdH, qui soutient les grandes expositions temporaires organisées par le musée. La dernière se nomme « So British! – cars & lifestyle » et est consacrée à l’automobile anglaise dans toute sa splendeur et sa variété.

     

    Quartiers chics   

    Pour l’occasion, des quartiers londoniens ont été reconstitués sous les poutres métalliques du musée bruxellois. La scénographie nous plonge à Piccadilly Circus, mais aussi sur les avenues commerçantes chics de la capitale anglaise, ainsi que dans les petites rues dont les « box » abritent souvent des trésors mécaniques. L’expo accueille plus de 55 modèles mythiques d’après-guerre, issus de marques nobles ou populaires : d’Aston Martin à Austin, en passant par Bentley, Jaguar, MG, Rolls-Royce, Morgan, Triumph, TVR ou encore Bristol. Sans oublier quelques marques plus insolites, moins connues ou disparues, comme Gordon Keeble, Hillman, Jowett et autres.

     

    Un univers chaleureux

    Comme toujours, le musée Autoworld plonge le visiteur dans un univers à part. « Une ambiance chaleureuse et inspirante », sourit Frédéric de Haan. « Tout le monde y trouve son compte : du simple curieux à l’amateur éclairé, en passant par le collectionneur passionné ». Les véhicules exposés sont souvent exceptionnels, soit par leur valeur ou leur histoire. Chez VdH, on avoue un petit faible pour la récente et rutilante McLaren Senna ou, dans un autre genre, pour la toute première Land Rover et son âme aventureuse. C’est ça l’expo « So British » : un grand écart éclectique entre passé et modernité, sur fond de passion automobile. Une bouffée de chaleur et de rêve en plein hiver.

    L’art contemporain, une valeur refuge ?

    L’art contemporain, une valeur refuge ?

    Depuis la crise financière de 2008, les œuvres d’art sont de plus en plus considérées comme un placement « refuge ». Voyons pourquoi et comment bien investir.  

     

    Le monde de l’art a été relativement épargné par les différentes crises économiques connues ces dernières années. Quand les taux d’intérêts sont proches de zéro (ou négatifs…), certains collectionneurs naissent ou se réveillent. L’art permet en effet de diversifier son patrimoine. Mais que choisir parmi un éventail aussi large et varié ?

     

    La formule idéale 

    Si l’art peut être vu comme une valeur refuge, chez VdH, nous recommandons avant tout de lui ajouter la saveur d’« achat plaisir ». Quand investissement et plaisir se combinent, la formule est idéale. Pour que l’art devienne un investissement rentable à long terme, il faut aussi que le collectionneur, novice ou confirmé, soit bien renseigné et correctement conseillé.

     

    L’art contemporain a la cote

    Le terme « art contemporain » englobe toute la production artistique de 1945 à nos jours, quel que soit le style ou la pratique esthétique. L’art contemporain succède à l’art moderne grâce notamment l’apparition de la photographie. L’art n’a plus uniquement une fonction de représenter le réel (la photographie prend cette place), mais les artistes peuvent maintenant s’essayer à d’autres formes, se questionner, se critiquer et proposer de nouvelles expérimentations et des idées conceptuelles. Un changement radical dans le monde artistique !

     

    Et l’art « Made in Belgium » ?

    En Belgique, nous avons la chance de pouvoir compter de nombreux artistes contemporains, preuve que notre petit pays reste créateur de talents. De plus en plus de noms sont connus sur le marché international et s’illustrent chez nos voisins, voire même outre-Atlantique où le « Made in Belgium » est fort apprécié. Pierre Alechinsky, Pol Bury, Luc Tuymans, Jan Fabre, Arne Quinze ou encore Wim Delvoye sont quelques exemples de la très longue liste des talents belges de la discipline.

     

    Une assurance sur mesure

    Que l’art soit passion, investissement ou les deux à la fois, il reste important de penser à bien se prémunir contre les dommages accidentels qui pourraient porter atteinte à ce patrimoine. Au même titre que l’on protège aujourd’hui ses véhicules et habitations, il convient de protéger ses œuvres d’art. Nous proposons chez VdH les solutions sur mesure afin de protéger au mieux le patrimoine de nos clients car nous considérons qu’assurer les passions, c’est aussi un Art…

    Automobile classique : « la passion était toujours présente en 2019… »

    Automobile classique : « la passion était toujours présente en 2019… »

    Quelles tendances et quelles perspectives sur le marché des Youngtimers et Oldtimers ? VdH décortique l’année 2019 pour nous éclairer.

     

    L’année se termine et c’est l’heure des bilans. Penchons-nous sur les grandes tendances 2019 du marché des voitures historiques avec VdH, assureur spécialisé dans le domaine des véhicules de collection.   

     

    Quelles ont été les tendances générales en 2019 ?

    Globalement, les voitures de prestige courantes (Porsche 911, Ferrari 308 & 328, etc.) ont légèrement baissé de valeur. Par contre, les modèles d’exception ont vu leur cote grimper. En 2019, ce sont les voitures typées « course » ou les modèles très rares ou très originaux, qui ont eu la faveur des acheteurs. Vu l’augmentation de l’offre sur les marchés, le collectionneur recherche davantage la qualité et l’authenticité. Les Youngtimers sportifs populaires (Peugeot 205 GTi, VW Golf GTI, Citroën sportives, etc.) se portent aussi toujours très bien et leur prix suit une tendance ascendante.

     

    L’incertitude concernant les zones de basses émissions a-t-elle influencé le marché ?

    Oui, de même que les questions relatives au contrôle technique. Devant l’incertitude, beaucoup d’acheteurs potentiels sont en attente ou n’osent plus acheter. Nous n’avons actuellement pas de données ni de certitudes concernant la possibilité de circuler librement à l’avenir avec des voitures anciennes. Mais on remarque que l’attrait et la passion sont toujours bien présents…

     

    Vos conseils pour bien choisir une voiture ancienne ?

    La base est d’opter pour une voiture que l’on aime ! Nous conseillons aussi d’acheter une voiture irréprochable, avec un historique limpide. Même si c’est plus cher, on ne le regrette jamais. Autre conseil : savoir exactement quel modèle on veut et bien le connaître, afin de mieux comparer. Quand on connaît bien, on achète mieux. Les conseils d’un professionnel compétent et spécialiste du modèle recherché sont donc importants.

     

    Quels modèles devraient garder la cote ?

    Les voitures de « course ». Car l’usage sur circuit ou en compétition sera certainement toujours autorisé. Resteront aussi les voitures de carrossiers célèbres, comme Zagato, Pininfarina ou encore Bertone, pour ne citer que quelques noms. Les petites voitures populaires et ludiques, pas trop chères mais offrant les charmes d’une conduite « à l’ancienne », devraient également rester bien cotées. On pense ici aux Citroën 2CV, VW Cox, Mini, mais aussi aux petits cabriolets et aux GTI abordables.

     

    Comment bien assurer une voiture historique ?

    Avoir une bonne expertise de sa voiture et un dossier complet (photos, papiers) est toujours un plus en cas de pépin. Opter pour une couverture Omnium est aussi un bon conseil car la prime n’est pas forcement onéreuse et permet au propriétaire de profiter pleinement de sa voiture, sans se soucier des éventuels accidents. L’assistance est également indispensable pour profiter sans stress de sa voiture classique. Et cette couverture est désormais incluse gratuitement dans tous les nouveaux contrats « auto » chez VdH…

     

    N’hésitez pas à prendre contact avec la maison VdH pour plus d’informations concernant l’assurance de votre Youngtimer ou Oldtimer